Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Yak en Chine
  • Yak en Chine
  • : Yannick en Chine Récit d'un ancien étudiant français en master en Chine, grand voyageur aux quatre coins de l'empire du milieu, maintenant ingénieur dans un grand groupe français à Handan dans la province du Hebei. Étudier à Tsinghua, à Pékin, voyager et travailler en Chine, aller à la rencontre de la culture et de la langue chinoise, apprendre le mandarin ou habiter à Handan, vous trouverez de tout ici !
  • Contact

Visiteur...

Tianjin Capitale : Hefei Chongqing Macao Capitale : Haikou Capitale : Changsha Capitale : Nanning Capitale : Guiyang Capitale : Xining Capitale : Islamabad Capitale : Fuzhou. Sites visites : Wuyishan, Quanzhou, Xiamen Capitale : Hangzhou. Sites visites : seulement Hangzhou... Capitale : Nanchang. Sites visites : Nanchang, Lushan, Jiuijiang, Jingdezhen Capitale : Jinan Capitale : Hohhot Capitale : Xi'an Capitale : Yinchuan Capitale : Lanzhou Capitale : Urumqi Capitale : Seoul. Sites visites : seulement Seoul... Pekin, c'est la que j'habite, a l'universite Tsinghua. Je n'y suis donc plus un touriste... Sites visites : le Bund, Pudong, Salon de l'auto, Jinmao tower, Maglev Sites visites : Kowloon, Hong-Kong Island, Temple Street, Tsim sha sui, Victoria Peak Capitale : Canton. Sites visites : Canton, Heyuan (mariage), Zhongshan Capitale : Nankin. Sites visites : seulement Nankin... Capitale : Harbin. Sites visites : Harbin, festival de sculptures de glace Capitale : Changchun. Sites visites : seulement Changchun... Capitale : Shenyang. Sites visites : Shenyang, Benxi, Dandong, grande muraille a Hushan Capitale : Shijiazhuang. Sites visites : Shanhaiguan Capitale : Taiyuan. Sites visites : Pingyao, Datong, Monastere Suspendu, Grottes de Yungang Capitale : Zhengzhou. Sites visites : Nanyang, temple Shaolin (Songshan) Capitale : Wuhan. Sites visites : Wuhan, Xiantao (chez Lina) Capitale : Kunming. Sites visites : Kunming, Dali, Lijiang, Tiger Leaping Gorge Capitale : Chengdu. Sites visites : Chengdu, Emeishan Capitale : Lhasa. Sites visites : Lhasa, lac Nam-Tso, Gyantse, Shigatse, Tingri, Everest Base Camp, Tanggula Express Ce blog relate la vie d'un ancien étudiant français à l'université Tsinghua, travaillant maintenant pour un grand groupe français à Handan dans le Hebei . Ce séjour en Chine est ponctué par de très nombreux voyages aux quatre coins de l'Empire du Milieu.

Pour s'y retrouver, les articles sont rangés dans diverses catégories (en particulier les provinces pour les voyages), que l'on retrouve dans la colonne de gauche. La categorie Beijing regroupe aussi bien les week-ends et excursions dans la banlieue de la capitale que des aspects de la vie quotidienne specifiques à Pékin. La vie universitaire est racontée dans la catégorie Tsinghua, et la catégorie Handan relate notre nouvelle vie dans le Hebei. La catégorie Chine traite plus des aspects culturels généraux, hors linguistiques qui sont abordés dans Langue chinoise. Une page recense tous nos voyages en Chine, avec une carte en grand format ainsi que des liens vers tous les articles correspondants.


La monnaie utilisée en Chine est le yuan (8.5 pour un euro). La population chinoise représente 20 fois celle de la France, et sa superficie est 17 fois supérieure.

 

大部分的文章只有法语,但是有些文章中法文都有,列单跟着链接。Voir ici la liste des articles disponibles en version bilingue.

Liens

Aujourd'hui en Chine, site d'information en francais sur la Chine, souvent très partial mais informatif en prenant le recul nécessaire
Chine nouvelle, le site en francais de l'agence de presse officielle chinoise - un peu l'opposé du lien précédent

samphotographie Une galerie de photos, créée par un passionné de Chine et d'escalade

Si Mao savait ...

Mon compte Youtube : toutes les videos

Dictionnaire chinois-francais  en ligne
Dictionnaire chinois unilingue avec quelques traductions en anglais, tres complet

Meteo en Chine

Tsinghua, le site de mon universite

 

Le blog de Lina, tout neuf, avec beaucoup de photos, et (mais...) en chinois !

16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 12:30
Cet article fait partie de la serie sur notre voyage dans le Sichuan, le Gansu et le Qinghai, pendant la Golden Week d'octobre 2007 (presentation generale ici)

La princesse Wencheng est une des heroines de l'histoire chinoise. Concubine d'un empereur chinois des Tang au VIIe siecle, elle a ete mariee a un roi du Tibet dans un but diplomatique. Sans m'etendre en details, elle portait avec elle un miroir magique lui permettant de voir le royaume des Tang depuis le lointain Tibet, mais en arrivant dans les montagnes, elle s'est rendue compte que ca ne marchait plus et l'a jete par terre. Des deux fragments sont nes les pagodes du soleil et celui de la lune. De ses larmes seraient nes le lac Qinghai, ou plus simplement la riviere Daohe, suivant les versions.

Voila un apercu de son histoire, copie directement depuis wikipedia. Voir ici pour un autre site, plus complet et plus long, mais en anglais.

La princesse Wencheng (文成 ou Wencheng gongzhu 文成公主) (vers 623-680), parente de l'empereur chinois Taizong (r.626-649) de la dynastie Tang, fut avec la mythique princesse népalaise Bhrikuti l’une des deux épouses les plus connues du roi tibétain Songtsen Gampo. La tradition tibétaine attribue l’introduction du bouddhisme et la fondation du temple de Jokhang à ces deux reines, considérées comme deux incarnations du bodhisattva Tara. Elle est aussi appelée en tibétain Gyasa (rgya-bzav) "reine chinoise", de gya/rgya, "Han", et sa/bzav, "épouse impériale".

En Chine, la légende de Wencheng s’est développée autour du thème de la civilisation chinoise transformant le Tibet "barbare". L’alliance sollicitée par Songsten Gampo y est considérée comme un signe d’allégeance faisant du Tibet un vassal de l’Empire du Milieu. Ce thème a été repris par les historiens de la République populaire de Chine pour démontrer le bien fondé des revendications de souveraineté chinoise sur ce pays.

Alliance sino-tibétaine


Les chroniques chinoises mentionnent une première ambassade envoyée à la cour en 634 par Songtsen Gampo, à l’ occasion de laquelle il sollicite une alliance matrimoniale, qui lui est refusée. Continuant ses attaques victorieuses contre des peuples vivant aux confins ouest de la Chine, il bat les Chinois eux-mêmes en 635-636 à Songzhou (松州). Une nouvelle demande est alors présentée en 640 par Mgar stongb-tsan yul-srung, nom chinois Lu Dongzan (祿東贊), premier ministre et ambassadeur extraordinaire. Elle est assortie de cadeaux et de cinq mille taels d’or. L’empereur Taizong accepte l’alliance avec une princesse titrée pour l’occasion, probablement une nièce dont l’identité exacte est inconnue. Songsten Gampo se voit reconnu "gendre impérial allié de l’empire" (駙馬都尉) et titré prince de Xihai (西海郡王). La tradition tibétaine crédite de cette réussite l’habileté de l’ambassadeur ; il semble effectivement apprécié de Taizong qui le nomme général (右衛大將軍) et tente de le retenir à son service par une alliance qu’il décline. Le récit de son long voyage vers la Chine et les épreuves dont il triomphe pour persuader l’empereur de la valeur de l’alliance tibétaine sont entrés dans le folklore. La rencontre de Mgar stongb-tsan yul-srung et de Tang Taizong est le thème d’une peinture de Yan Liben (閻立本) (601-671) de la dynastie Tang, La chaise à porteurs (Buniantu 步輦圖), conservée au Musée du palais de Pékin.

En 641, la princesse se met en route avec une escorte menée par le ministre Li Daozong (李道宗), prince de Jiangxia (江夏). Dans sa dot se seraient trouvés de nombreux textes (350 fascicules) dont des sutras et, détail invérifiable, la statue dite Jowo de Shakyamuni enfant pour laquelle fut construit le temple de Ramoché et qui se trouve actuellement au Jokhang. Il existe une autre statue Jowo que l'on considère généralement apportée par la reine népalaise, mais les Chinois prétendent parfois que les deux statues faisaient partie de la dot de Wencheng. Le roi vient à sa rencontre dans l’actuel Qinghai aux environs des lacs Elinghu (鄂陵湖) et Zhalinghu (札陵湖), comté de Madoi.

Faute de sources historiques fiables, on ignore en fait ce que fut sa vie au Pays des Neiges, où elle meurt à Lhasa en 680. Selon une source,[3] la cause en est une maladie infectieuse indéterminée appelée "boutons noirs", caractérisée par la formation d’abcès et une évolution fatale.

Légende

La légende, aussi bien tibétaine que népalaise ou chinoise, s’est employée à combler le vide laissé par la rareté des informations historiques sur les deux femmes étrangères de Songsten Gampo. Comme sa co-épouse Bhrikuti, Wencheng a laissé au Tibet le souvenir d’une active fondatrice de temples bouddhistes, bien qu’on ignore sa pratique religieuse réelle. Le taoïsme était en effet la religion officielle (mais non exclusive) de la famille impériale Tang.

La légende chinoise relate comment elle contribua à "civiliser" le Tibet, commençant par solliciter de son mari l'interdiction de la pratique de s’enduire le visage de pigment rouge, qui l'avait choquée. Elle prétend également que le premier bâtiment construit à l'emplacement du Potala était un palais destiné à l’accueillir, alors que la version népalaise fait de Bhrikuti la destinataire de l'édifice. En effet, une certaine rivalité ethnique transparaît dans la façon dont la légende des deux reines est rapportée. En ce qui concerne le temple de Jokhang, la version retenue le plus souvent est celle d'une collaboration, Wencheng choisissant l’emplacement grâce à sa connaissance du fengshui et Bhrikuti fournissant les fonds.

Wencheng prend place parmi les autres épouses diplomatiques chinoises parties sans retour, héroïnes d’anecdotes émouvantes. Ainsi, on prétend que le nom du mont Riyue {日月山} "du Soleil et de la Lune", situé dans le comté de Huangyuan au Qinghai, vient du nom d’un miroir magique éponyme offert par Tang Taizong, dans lequel elle pouvait continuer de voir Chang'an. Réalisant à ce stade de son voyage qu’il avait perdu son pouvoir, elle le jeta de dépit. La rivière Daotang qui coule à proximité serait faite de ses larmes. Afin d’exploiter pleinement le potentiel touristique de la princesse, une stèle du "Regard en arrière" (回望石) a été érigée à l’emplacement où l’imagination populaire situe l’événement et deux pavillons du Soleil et de la Lune ont été bâtis dans un des cols.

Son histoire est devenue dans la Chine populaire des années 60 une œuvre théâtrale de propagande sur les thèmes de la lutte des classes et de la dénonciation du nationalisme tibétain (voir Princesse Wencheng). En 2005 a été présenté un opéra sino-tibétain du même nom, qui développe un extrait de sa légende traditionnelle sans aborder la politique contemporaine.

Revenons a notre voyage... Voila ce qu'on a reellement vu au col de la lune et de la montagne: pas grand chose !

Oui, a plus de 3500m, il faisait assez froid, et le brouillard etait bien epais... On n'a meme pas achete les billets d'entree pour aller voir les pagodes !

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

La stele, on la voit aussi bien d'ici !

Image Hosted by ImageShack.us

Les traditionnels "nomades" nous proposant de faire un tour en yak...

Image Hosted by ImageShack.us

Les filles pas tres rechauffees !

Image Hosted by ImageShack.us

Et voila la fameuse princesse Wencheng, a la ville de Daotanghe, traditionnelle etape des tour-operators avec ses multiples fabriques de jade. Avec notre taxi prive, on y a echappe !

Image Hosted by ImageShack.us

nti_bug_fck

Partager cet article

Repost 0
Published by Yak - dans Qinghai 青
commenter cet article

commentaires