Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : Yak en Chine
  • : Yannick en Chine Récit d'un ancien étudiant français en master en Chine, grand voyageur aux quatre coins de l'empire du milieu, maintenant ingénieur dans un grand groupe français à Handan dans la province du Hebei. Étudier à Tsinghua, à Pékin, voyager et travailler en Chine, aller à la rencontre de la culture et de la langue chinoise, apprendre le mandarin ou habiter à Handan, vous trouverez de tout ici !
  • Contact

Visiteur...

Tianjin Capitale : Hefei Chongqing Macao Capitale : Haikou Capitale : Changsha Capitale : Nanning Capitale : Guiyang Capitale : Xining Capitale : Islamabad Capitale : Fuzhou. Sites visites : Wuyishan, Quanzhou, Xiamen Capitale : Hangzhou. Sites visites : seulement Hangzhou... Capitale : Nanchang. Sites visites : Nanchang, Lushan, Jiuijiang, Jingdezhen Capitale : Jinan Capitale : Hohhot Capitale : Xi'an Capitale : Yinchuan Capitale : Lanzhou Capitale : Urumqi Capitale : Seoul. Sites visites : seulement Seoul... Pekin, c'est la que j'habite, a l'universite Tsinghua. Je n'y suis donc plus un touriste... Sites visites : le Bund, Pudong, Salon de l'auto, Jinmao tower, Maglev Sites visites : Kowloon, Hong-Kong Island, Temple Street, Tsim sha sui, Victoria Peak Capitale : Canton. Sites visites : Canton, Heyuan (mariage), Zhongshan Capitale : Nankin. Sites visites : seulement Nankin... Capitale : Harbin. Sites visites : Harbin, festival de sculptures de glace Capitale : Changchun. Sites visites : seulement Changchun... Capitale : Shenyang. Sites visites : Shenyang, Benxi, Dandong, grande muraille a Hushan Capitale : Shijiazhuang. Sites visites : Shanhaiguan Capitale : Taiyuan. Sites visites : Pingyao, Datong, Monastere Suspendu, Grottes de Yungang Capitale : Zhengzhou. Sites visites : Nanyang, temple Shaolin (Songshan) Capitale : Wuhan. Sites visites : Wuhan, Xiantao (chez Lina) Capitale : Kunming. Sites visites : Kunming, Dali, Lijiang, Tiger Leaping Gorge Capitale : Chengdu. Sites visites : Chengdu, Emeishan Capitale : Lhasa. Sites visites : Lhasa, lac Nam-Tso, Gyantse, Shigatse, Tingri, Everest Base Camp, Tanggula Express Ce blog relate la vie d'un ancien étudiant français à l'université Tsinghua, travaillant maintenant pour un grand groupe français à Handan dans le Hebei . Ce séjour en Chine est ponctué par de très nombreux voyages aux quatre coins de l'Empire du Milieu.

Pour s'y retrouver, les articles sont rangés dans diverses catégories (en particulier les provinces pour les voyages), que l'on retrouve dans la colonne de gauche. La categorie Beijing regroupe aussi bien les week-ends et excursions dans la banlieue de la capitale que des aspects de la vie quotidienne specifiques à Pékin. La vie universitaire est racontée dans la catégorie Tsinghua, et la catégorie Handan relate notre nouvelle vie dans le Hebei. La catégorie Chine traite plus des aspects culturels généraux, hors linguistiques qui sont abordés dans Langue chinoise. Une page recense tous nos voyages en Chine, avec une carte en grand format ainsi que des liens vers tous les articles correspondants.


La monnaie utilisée en Chine est le yuan (8.5 pour un euro). La population chinoise représente 20 fois celle de la France, et sa superficie est 17 fois supérieure.

 

大部分的文章只有法语,但是有些文章中法文都有,列单跟着链接。Voir ici la liste des articles disponibles en version bilingue.

Archives

Liens

Aujourd'hui en Chine, site d'information en francais sur la Chine, souvent très partial mais informatif en prenant le recul nécessaire
Chine nouvelle, le site en francais de l'agence de presse officielle chinoise - un peu l'opposé du lien précédent

samphotographie Une galerie de photos, créée par un passionné de Chine et d'escalade

Si Mao savait ...

Mon compte Youtube : toutes les videos

Dictionnaire chinois-francais  en ligne
Dictionnaire chinois unilingue avec quelques traductions en anglais, tres complet

Meteo en Chine

Tsinghua, le site de mon universite

 

Le blog de Lina, tout neuf, avec beaucoup de photos, et (mais...) en chinois !

31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 14:04

Cet article fait partie de la serie sur le grand voyage en Chine a l'ete 2006, au Shanxi, Tibet, Sichuan, a Hong-Kong, Nankin, et dans le Henan. Voici la page principale.



Trois occidentaux arborant leurs chapeaux fraichement negocies sans brio particulier. Des fois qu'on ne ressemblerait deja pas assez a des touristes...

Image Hosted by ImageShack.us

 

Un des innombrables pousse-pousse de la ville. Ce qui est plus surprenant ici, c'est que chaque pousse-pousse est immatricule, et que son chauffeur doit porter un T-Shirt avec ce meme numero ! Encore une mesure pour eviter aux touristes de se faire avoir... mais la, en pousse-pousse, on ne peut pas vraiment dire que l'on soit a la merci du conducteur !

Image Hosted by ImageShack.us


Achat de raisins peses a la balance traditionnelle. Les fruits au Tibet sont chers et pas terribles, ils ne sont surement pas produits dans le coin, quoiqu'on ait vu par endroits des serres fleurir.

Image Hosted by ImageShack.us


Degustation d'eau chaude au restaurant, notre boisson favorite ces derniers jours. Le pire, c'est qu'on s'y habitue, et un grand verre d'eau chaude en guise de petit dejeuner me plait presque au lever du lit... Mais ce matin, c'etait le luxe, il nous restait du riz aux oeufs emportes du restaurant la veille au soir !

Image Hosted by ImageShack.us


L'armee de liberation au contact du peuple, fournit divers services gratuits dans la rue comme pharmacie, reparateurs de velos ou encore coiffeur... dommage que Seb ait refuse d'y passer ! Sans plaisanter, c'est une des rares fois ou l'on a pu sentir une reelle volonte de la partie chinoise de se rapprocher des tibetains. Si l'atelier de coiffure etait plus qu'anecdotique, les tibetains se massaient autour du stand pharmacie, et les chinois semblaient ravis de ces contacts.

Image Hosted by ImageShack.us


Dans un restaurant au bord de la rue, ou tout aussi bien dans la cuisine... On y mange tres bien pour moins de 10Y par personne, alors pourquoi se priver des regards amuses des autres convives ?


Lhassa de nuit, sur l'artere commercante de la ville


Moine du troisieme millenaire, et il est loin d'etre le seul !

Image Hosted by ImageShack.us

Facade dans la ville

Image Hosted by ImageShack.us

Allee marchande

Image Hosted by ImageShack.us
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 13:46

Cet article fait partie de la serie sur le grand voyage en Chine a l'ete 2006, au Shanxi, Tibet, Sichuan, a Hong-Kong, Nankin, et dans le Henan. Voici la page principale.



Nos preparatifs pour le trek de 4 jours menant au camp de base de l'Everest nous ont pas mal occupes ces derniers jours, puisque nous n'avions initialement aucun equipement. Hier soir, c'etait au tour des gants et d'un anorak pour Sebastien. La negociation etant ici monnaie courante, ce ne sont pas les prix initialement assez bas (120Y pour une paire de gants "North Face" (?), 540Y pour un anorak en Gore-Tex double en polaire) qui nous ont rebute.

La negociation s'engage donc avec nos charmantes vendeuses, quoiqu'un peu stressees et surtout stressantes. Nous proposons donc 500 au lieu des 900 pour le lot, estimant avoir de bonnes chances d'arriver a 700. Au cours de la conversation, qui a l'air de les amuser autant que nous (ce n'est pas de la negociation mechante...), nous tentons d'obtenir un rabais supplementaire de quelques dizaines de yuan, en leur proposant de les inviter dans un restaurant typique tibetain, dans lequel des chinoises comme elles ne sont sans doute jamais allees. Cela les fait autant rire que nous, mais elles nous renvoient la balle en remontant un peu et en nous proposant de les accompagner le soir dans un endroit "pour danser". La negociation conclue a 700Y, nous convenons donc d'une heure, et rentrons manger en vitesse.

Elles n'avaient pas pense que nous viendrions, mais les employes du magasin les appellent au telephone, et elles arrivent finalement quelques minutes plus tard que l'heure convenue. Premiere "surprise", elles ne sont pas chinoises mais tibetaines, et donc heureusement qu'elles n'ont pas accepte notre invitation au restaurant (pour info, le meme resto que dans l'article plus bas avec les japonais... et dans lequel nous revenons tous les trois ce soir pour montrer a Raphael) ! Deuxieme surprise, et excellente, nous allons dans un lieu typiquement tibetain, exclusivement frequente par ceux ci. C'est une sorte de grand hall de spectacle ou l'on est tranquillement assis a siroter une Lhasa Beer, et ou a partir de 23h ont lieu toutes sortes de representations, principalement des chants et des danses.

 

Image Hosted by ImageShack.us

Quelle chance ! Les chansons sont pour la plupart en tibetain, avec des danses tibetaines et des costumes tibetains des differentes regions du Tibet. La soiree est donc tres agreables, et les danses sont aussi interessantes qu'amusantes, quand des tibetains en habit a l'air tres jovial font du playback en agitant leur chapeaux...  Lorsqu'un seul chanteur est sur scene, des couples montent regulierement danser, mixtes ou pas. Apres confirmations de nos amies tibetaines, deux femmes ou deux hommes dansant ensemble ce genre de valse tres lente est completement dans les moeurs, mais ca nous a quand meme pas mal surpris.

Un lieu que nous n'aurions jamais trouve seuls ! Et pour 10 euros la soiree a 6 avec chanteurs et boissons, ca valait franchement le coup ! Seul Raphael etait un peu epuise, venant d'arriver au Tibet, souffrant encore du decalage horaire et prenant une ou deux bieres pour sa premiere soiree...

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 08:56

Cet article fait partie de la serie sur le grand voyage en Chine a l'ete 2006, au Shanxi, Tibet, Sichuan, a Hong-Kong, Nankin, et dans le Henan. Voici la page principale.



Recit d'une aventure au bord du lac sale le plus haut du monde...

Avec nos deux amis grecs rencontres dans le train, nous avons loue un Landcruiser pour deux jours, pour aller voir un des lacs sacres du Tibet, le lac Nam-Tso.
Mais ce lac est aussi le deuxieme plus grand lac sale du Tibet. Dit comme ca, ce n'est pas franchement impressionnant. Sauf si l'on ajoute que c'est le lac le plus haut du monde, et que du haut de ses 4718 metres d'altitude il se paie le luxe d'une etendue de 30*70 km !

Pour y arriver, la seule route venant de Lhasa passe par un col a 5190m. Voila notre record d'altitude pulverise, car meme si le train etait passe a 5000m, c'etait depuis une cabine alimentee en oxygene et sans mettre le pied dehors. Alors la, a 5200m a un col dans le vent, la vue sur le lac magnifique, les petits tibetains vendant des papiers porte-bonheur, c'est une autre paire de manches!

Au passage sur la route, checkpoint oblige, le chauffeur m'enjoins de ranger au plus vite mon appareil photo, mais voici quand meme ce cliche vole !


Image Hosted by ImageShack.us

Voici quelques photos au passage du col

En lancant des papiers porte-bonheur

Image Hosted by ImageShack.us

Sebastien avec une chevre d'un des petits tibetains (montes a pied dans la matinee)



Les vendeurs se ruent sur les touristes des leur arrivee

Image Hosted by ImageShack.us

Et un petit film pour notre passage



Apres cette gelee euphorique, nous revoila sur un plateau, mais bien particulier puisqu'il est recouvert d'eau salee, celle justement du lac Nam-Tso.

Route menant au campement nomade

Image Hosted by ImageShack.us

Film montrant les alentours du lac Nam-Tso, en vision a 360 degres !



La tente ou nous allons passer la nuit, a 4730m d'altitude... heureusement que le climat n'est pas le meme qu'en haut du Mont Blanc !

Image Hosted by ImageShack.us

Le combustible le plus frequemment employe n'est absolument pas du bois, bien trop rare a cette altitude.

Image Hosted by ImageShack.us


Tentes nomade devant le lac et, en fond, le majestueux Nyetchen Tanggula, 7162m, malheureusement un peu dans la brume.

Image Hosted by ImageShack.us

Le campement des nomades presents pour la saison touristique

Image Hosted by ImageShack.us

Seb et moi en haut de la colline dominant le lac
Tous les drapeaux etendus partout sont recouverts d'inscriptions religieuses tibetaines, mais si on ne le sait pas au premier abord ca peut faire un peu depotoir...

Image Hosted by ImageShack.us

drapeaux accroches dans les endroits les plus perilleux

Image Hosted by ImageShack.us

au milieu des nombreux cairns, qui ont plus une signification religieuse qu'ils ne sont un repere pour les voyageurs

Image Hosted by ImageShack.us

le Nyetchen Tanggula peine a emerger parmi les nuages

Image Hosted by ImageShack.us

Sebastien en desescalade delicate...


Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us


grotte recouverte de papiers porte-bonheur par les pelerins

Image Hosted by ImageShack.us
chevaux et yaks pour touristes

Image Hosted by ImageShack.us


yak et son yakman

Image Hosted by ImageShack.us


tente de secours en oxygene, a cote d'un systeme de chauffage revolutionnaire pour bouilloire...
il faut dire qu'en cas de mal des montagnes severe, la situation peut etre delicate, car la seule route pour redescendre a Lhasa passe par le col a 5190m.

Image Hosted by ImageShack.us


chorten au bord du lac. Monastere de Tashi-Dor presque a lui tout seul !

Image Hosted by ImageShack.us


Inscription sacree sur le rocher, mais en fait sur tous les rochers autour egalement, en caracteres plus petits. C'est le fameux mantra du bouddhisme tibetain : Om mani padme Hum

Image Hosted by ImageShack.us


Le billard est le sport  national des nomades tibetains. Des rangees de tables plus ou moins defoncees sont accaparees par des gens de tout ages, jouant avec des billes a la rotondite plus qu'imparfaite sur une table dont la plupart de la moquette manque. Mais ils s'en sortent quand meme tres bien !

Image Hosted by ImageShack.us


La cuisine tibetaine se fait a grand feu, ce qui est assez impressionnant quand c'est fait en interieur. Notre steak de yak est justement en train de bruler sur ce feu ! Quel regal ! Mais quel luxe aussi, 40Yuan, c'est notre plat le plus cher depuis notre arrivee en Chine.

Image Hosted by ImageShack.us

Soiree au coin du feu, un ampli diffuse de la musique plus ou moins disco-traditionnelle, et tout le monde danse autour du feu. Un des tres rares moments ou l'on a vu des chinois et des tibetains s'amuser ensemble.

Image Hosted by ImageShack.us

A notre reveil, grande surprise, le beau temps est arrive !
Revoila donc les 7162m du Nyetchen Tanggula dominer majestueusement le lac sacre et les campements nomades.

Image Hosted by ImageShack.us

Apercu de l'immensite du lac. 70km de long, c'est clair qu'on n'en voit pas le bout !

Image Hosted by ImageShack.us

Cavalier proposant ses services a des touristes chinois, tot le matin.

Image Hosted by ImageShack.us

Sur le plateau ou repose le lac, motards naviguant vers l'infini

Image Hosted by ImageShack.us

Nous revoila au col, plus rechauffes que la veille, faisant nos adieux au lac Namtso.

Image Hosted by ImageShack.us
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2006 5 28 /07 /juillet /2006 13:26

Cet article fait partie de la serie sur le grand voyage en Chine a l'ete 2006, au Shanxi, Tibet, Sichuan, a Hong-Kong, Nankin, et dans le Henan. Voici la page principale.




Cherchant un restaurant typiquement tibetain, nous (Sebastien, deux japonais de notre chambre et moi) sommes sortis quelques metres de l'artere frequentee pour nous aventurer dans une petite ruelle, et sommes ainsi entres dans le premier restaurant trouve. Restaurant est un bien grand mot, cantine serait plus approprie, il n'y avait pas de menu, les gens du voisinage etaient tres surpris de nous voir entrer la dedans, et il etait clair que le patron n'etait pas habitue a recevoir des non-tibetains. A part le patron, personne ne parlait chinois a l'interieur, et donc encore moins anglais.

Nous l'avons judicieusement laisse choisir des plats pour nous quatre, apres avoir entendu que le premier plat dont il a parle coutait 6 yuan (0.6 euros...). Et ce fut une excellente surprise ! Nous avons fait un repas typiquement tibetain comme nous n'aurions jamais pu le faire ailleurs ! Voici une photo du restaurant, et des plats sur notre table.

La photo est floue et penchee, car il semble que la serveuse qui l'a prise n'avait jamais touche un appareil photo de sa vie...

Image Hosted by ImageShack.us

La sympathique serveuse en question

Image Hosted by ImageShack.us

Et les plats !

Image Hosted by ImageShack.us

De gauche a droite;

un bol de tsampa, une sorte de farine insipide et tres nourrissante, qui se mange avec les doigts, et qui constitue l'alimentation typique des tibetains. Inutile de dire qu'on en a laisse la moitie... D'apres le Lonely Planet (guide de voyage), seuls les tibetains peuvent en manger tous les jours et attendre encore avec impatience le repas suivant...

Des petits bouts de pate a base de farine, avec differents types de sucre.

Du riz recouvert de yaourt et de sucre, cela rappelle le couscous au beurre. Le riz n'est bien sur pas sale, et apporte plus de la consistance que du gout.

Le plat elabore : riz, pommes de terre et morceaux de viande de yak. Peu novateur au niveau du gout, mais tres bon.

Raviolis a pate farineuse, fourres a la viande.

Et surtout... le the !
Les petits verres contiennent du the sucre, assez bon, et les bols du the a base de beurre de yak sale. Ces deux breuvages n'ont de the que le gout, et si le premier est facile a boire, le deuxieme requiert plus de concentration... d'autant plus que des que la moindre goutte est avalee on nous complete le bol !

Je traduis et resume ici les commentaires du Lonely Planet a propos de ces deux thes, que nous confirmons entierement !

Le Bo Cha, litteralement the tibetain, sera peu vraisemblablement un point fort de votre voyage. Fait a partir de beurre de yak melange a du sel, des sodas, feuilles de the et de l'eau chaude, le tout remue dans un grand tube de bois, cette mixture a plus la consistence d'un bouillon que du the. Assorti de Tsampa (farine rotie ?) et de beurre de yak, cela devient le mets de base des tibetains et il est possible de se le faire offrir dans les monasteres ou chez l'habitant, et meme sur le bord de la route en attendant le bus !
La plupart des nomades peuvent en boire 40 tasses par jour, cela a au moins le merite d'empecher les levres de gercer.
Si le bol est rempli des qu'il est videe ne serait-ce que d'une gorgee, c'est qu'il y a une raison pragmatique a cela. Il n'y a qu'une chose pire qu'un bol de Bo Cha chaud : un bol de Bo Cha froid...


Bref, apres 6 ou 7 bols de the (car on ne nous ressert pas en the sucre...), un huitieme de bol de tsampa, et d'autres plats revigorants, nous payons la bagatelle de 37 yuan pour 4 personnes, et surtout pour un moment inestimable de culture culinaire tibetaine... mais on etait prevenus !

Voila un menu typique, si on a de la chance d'avoir une version en anglais !

 

Image Hosted by ImageShack.us

Et la, une serveuse pas vraiment typique, son biberon a la bouche !

Image Hosted by ImageShack.us
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2006 5 28 /07 /juillet /2006 12:30
Cet article fait partie de la serie sur le grand voyage en Chine a l'ete 2006, au Shanxi, Tibet, Sichuan, a Hong-Kong, Nankin, et dans le Henan. Voici la page principale.



Nous voila donc a Lhasa, la mythique capitale du pays des neiges. Elle n'usurpe en rien sa reputation, le depaysement y est total, le cadre merveilleux.
Dominee par le legendaire palais des Dalai-lama, le potala, elle est un croisement entre une ville chinoise et une ville completement tibetaine. Si a premiere vue l'empreinte chinoise est omnipresente, sur les devantures des magasins principalement, en y regardant un peu mieux l'endroit n'a finalement pas grand chose de commun avec les villes des liberateurs. L'architecture est tres differente, beaucoup moins moderne qu'ailleurs. On croise des moines partout dans les rues, souvent des pelerins d'autres regions qui font l'aumone pour pouvoir continuer leur voyage.

La ville est assez petite, et nous logeons au Snowland Hotel, au plein coeur du quartier le plus interessant, celui du Jokhang, le temple principal dans tout le Tibet. Le chemin autour de ce temple est un kora, pelerinage, borde de magasins de souvenirs et d'objets religieux. Des pelerins font le circuit en se prosternant tous les metres. Et je les soupconne de devoir faire le tour complet plusieurs fois... Le Tibet est vraiment un pays extremement religieux. Il n'y a pas si longtemps que ca, chaque famille donnait deux fils a la religion - le bouddhisme tibetain. Et aujourd'hui, passees les heures les plus sombres de la revolution culturelle, on constate que les jeunes moines sont extremement nombreux.

Voila quelques photos de Lhasa, et tout d'abord du fameux potala. Il abrite des tonnes et des tonnes d'or et de pierres precieuses, qui constituent en fait les sepultures des anciens dalai-lama. L'origine du mot dalai-lama est assez surprenante. Les bouddhistes tibetains avaient deja un chef religieux, et lorsque les mongols se sont convertis a cette religion, un grand general du Khan a rencontre le chef spirituel des tibetains, un lama d'un certain nom. La traduction du nom de ce lama, qui voulait dire ocean, se disait alors dalai en langue mongole, et ce titre lui a alors ete confere jusqu'a maintenant !

Image Hosted by ImageShack.us

Video du Potala, prise juste sous ses hauts murs.


Le Potala sous controle, en face du monument a la liberation du Tibet

Image Hosted by ImageShack.us

Chorten devant le potala

Image Hosted by ImageShack.us

Vue depuis le potala

Image Hosted by ImageShack.us

Devant les murs du potala

Image Hosted by ImageShack.us


Notre hotel

Image Hosted by ImageShack.us

Notre chambre

Image Hosted by ImageShack.us

au monastere de Sera, bouilloire solaire
 Image Hosted by ImageShack.us

Sera, moines s'expliquant des mouvements avant un discours de l'un d'entre eux; recreation avant les cours !
 Image Hosted by ImageShack.us

Les memes mais en mouvement cette fois ci.


Facade du monastere de Sera

Image Hosted by ImageShack.us

Ecoliers dessinant cette meme facade

Image Hosted by ImageShack.us

Au Jokhang, le temple majeur du bouddhisme tibetain, de l'exterieur

Image Hosted by ImageShack.us

Prieurs devant le Jokhang. Certains passent des heures a se prosterner et a se relever. Ce mouvement, si l'on laisse les patins qui font glisser les mains sur le sol a leur place sans les ramener vers soi, permet de se relever, d'avancer d'un metre environ et de recommancer. Certains parcourent des koras (chemins de pelerinage sacres) entiers comme cela. C'est d'autant plus epuisant du fait du manque d'oxygene, le Tibet est decidement un pays extremement religieux !



Vue depuis l'etage

Image Hosted by ImageShack.us

Toiture du Jokhang sur fond urbain et montagneux

Image Hosted by ImageShack.us

Tibetains dans le temple

Image Hosted by ImageShack.us

Vue du potala depuis le Jokhang

Image Hosted by ImageShack.us

Dans la rue avec des moines pelerins, assis la quelques heures pour faire l'aumone, pratique extremement repandue au Tibet.

Image Hosted by ImageShack.us

Au restaurant, assis sur un tabouret dans la rue

Image Hosted by ImageShack.us
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2006 4 27 /07 /juillet /2006 12:30
Cet article fait partie de la serie sur le grand voyage en Chine a l'ete 2006, au Shanxi, Tibet, Sichuan, a Hong-Kong, Nankin, et dans le Henan. Voici la page principale.



Image Hosted by ImageShack.us
Le nom du Tibet ecrit en caracteres chinois a l'aspect tibetain. Tire du livre sur le train pour le Tibet, achete a Pekin quelques jours plus tot.


Nos permis en poche trois heures seulement avant de prendre le train, Sebastien et moi montons  avec enthousiasme dans le train T27 express direct de Beijing a Lhasa, nous preparant deja mentalement aux 48h a passer en compartiments assis dur.

Le depart est a 21h30 de Pekin, l'arrivee etant prevue a 21h deux jours plus tard. La premiere partie du voyage n'est pas la plus interessante, mais les choses serieuses commencent le soir du deuxieme jour, apres l'arret a Xining, 2200m, la capitale de la province du Qinghai, une province de l'ancien Tibet. Il reste alors 26h de trajet dans les plateaux desertiques, et le dernier troncon, de Golmud (2800m) a Lhasa (3700m) se fait integralement de jour, le troisieme jour de trajet. Ce troncon fraichement ouvert (le 1er juillet) est le train de tous les records, principalement parce qu'il comprend 1000km a plus de 4000m d'altitude, dont un bon passage au dessus de 5000m, avec le franchissement des montagnes Tanggula. Le point culminant est a 5072, et la gare a 5068. Le terrain est completement plat, on n'a jamais vraiment eu l'impression de monter ni de descendre.

Il n'est pas facile de dormir sur les sieges, alors je dors par terre, comme nombre de voyageurs, sous les sieges le premier soir et dans l'allee centrale le second. Il vaut mieux avoir un semblant de sac de couchage ! La climatisation est trop forte, on tombe facilement malade mais pas a cause du mal des montagnes ! Pour s'en prevenir, de l'oxygene est diffuse en permanence par l'air conditionne, et chaque passager dispose de tuyaux a poser sous les narines et a brancher sous son siege, directement sur l'arrivee d'oxygene.

L'ambiance dans le train est tres vite tres bonne, nous sympathisons avec les differents voisins, chinois pour la plupart, mais aussi deux jeunes grecs, avec lesquels nous continuons notre voyage autour de Lhasa. Quasiment aucun tibetain dans le train. Les chinois sont pour beaucoup des touristes, aises, qui n'ont pas non plus obtenir de couchette, ainsi que quelques colons chinois revenant a la fin de leur vacances.

On partage les vivres, gateaux et fruits achetes lors des arrets, et on mange des soupes de pates, des simples bols en carton avec des pates dessechees, des petits bouts de viande et autres assortiments. L'eau bouillante est gratuite, et indispensable.



Les troupeaux de yaks sont nombreux au fur et a mesure que l'on s'approche de Lhasa, mais on voit aussi souvent des sortes d'antilopes. Et si on ne les voit pas, comme tous les passagers se ruent d'un cote ou de l'autre du train pour les apercevoir, impossible ensuite de les manquer !

La derniere journee est assez eprouvante, a cause de la fatigue accumulee due au manque de sommeil, et aussi a cause de l'altitude. Un arret le matin a 6h a Golmud (2800m), et la pause suivante permettant de ne plus respirer d'air en conserve est seulement la gare de Naqu (4500m) a 17h... et ensuite direct jusque Lhasa (3700m).
Le train express de Pekin ne s'arrete en effet pas dans la plupart des gares. Il faut pour cela prendre le train au depart de Xining. De toute maniere, les gens venant de Pekin vont quasiment tous jusqu'a Lhasa.

La vue est magique. Toutes les photos ci-dessous ont ete prises a travers les fenetres (qui ne s'ouvrent evidemment pas), a pleine vitesse (c'est a dire 90km/h, generalement...). Si avec ca on ne donne a personne envie de tenter l'aventure... rien que le train justifie le voyage !


Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2006 1 24 /07 /juillet /2006 06:17

Apres une journee de repos le vendredi 22 juillet, ma sieste commencee a 4h de l'apres midi s'etant terminee vers 8h du soir, il m' asemble que c'etait l'occasion revee d'aller voir le lever du drapeau sur la place Tian an men le lendemain a 5h du matin. Apres donc cette nuit de 12h finie a 4h du matin, je prends le taxi vers Tian an men, m'attendant a me trouver seul avec quelques touristes, a assister a cette ceremonie quotidienne. Que nenni !

Des 4h30, ce sont des milliers de touristes qui se massent autour du drapeau, un large perimetre est boucle, et je pense que des gens devaient etre la depuis une bonne heure... Certains n'etaient qu'a deux cent metres du drapeau, difficile de voir quoi que ce soit.

Je me dis que la ceremonie doit vraiement etre tres bien, et je me masse avec eux. Heureusement que mon metre 87 me permet d'emerger largement de la foule, car au quinzieme rang minimum je n'aurais pas vu grand chose... si tant est qu'il y ait vraiment quelque chose a voir.

Quand le drapeau, escorte par une vingtaine de soldats, apparait sous le portrait de Mao au milieu de la porte de la paix celeste, des cris d'emotion retentissent dans le public, et les flashs crepitent, bien que l'on soit encore a 300 metres des porteurs. Marchant d'un pas parfaitement cadence, ils se rapprochent du mat, et montent ensuite le drapeau sur fond de musique nationale. L'ambiance est un melange de recueillement et de bataille pour que ceux dui fond puissent y voir quelque chose. Lorsque la musique s'arrete, je suis etonne de ne pas entendre un tonnerre d'applaudissements. Sans doute trop concentres par autre chose. Les soldats qui bloquent la foule ont bien du mal a maintenir les premiers rangs de touristes assis. Tous chinois, bien entendus, les occidentaux se levent rarement aussi tot pour ce genre de ceremonie, mais je ne regrette absolument pas d'etre venu.

Et, des que la garde au drapeau est repartie, les cordes sont levees, et tout le monde se met a courir vers l'avant. Sans trop savoir pourquoi, je cours avec eux, il y a surement quelque chose de bien a voir. En fait, ils courent pour avoir le privilege d'etre pris en photo les premiers devant le drapeau ! Mes grandes jambes me permettent d'obtenir une photo ou je suis relativement seul... relativement !

Alors que les chinois repartent, je remarque un groupe tres colore sur le cote, qui a aussi assiste a la ceremonie. Ce sont des enfants de differentes minorites ethniques (55 en tout, dont les chinois sont tres fiers, mais plus pour le caractere museal qu'autre chose), accompagnes de toute une compagnie de pervenches bleues.

J'apprends assez vite que les pervenches sont la brigade feminine de Hong-Kong, et que les enfants si bien habilles viennent tous de la meme ecole dans le Yunnan, et representent les 29 minorites ethniques presentes dans cette region. Ils sont aussi en voyage a Pekin, et prennent autant de photos qu'ils le peuvent, d'autant plus que les touristes chinois sont nombreux a vouloir figurer avec eux.

Vers 5h30, la foule s'est dispersee, et je me dirige vers le monument a la gloire des heros de la nation, juste en face du mausolee de Mao, pour prendre mon petit dejeuner : une pomme et du quatre-quarts de Manou, directement importe de Muret ! J'en propose aux petits assis a cote de moi, attendant qu'on m'aborde pour discuter. Je fais alors la connaissance d'une famille de l'Anhui, avec qui je vais passer toute une partie de la matinee.

Les touristes chinois se massent depuis 5h30 sur la file d'attente pour visiter le mausolee du grand timonier, et la queue qui atteint deja une bonne centaine de metres n'est pas pres de s'ecouler puisque d'apres mon guide le monument n'ouvre ses portes qu'a 8h30 ! Il est clair que je ne serais jamais alle la seul. Mais a 6h30, n'ayant de toute maniere rien de prevu pour la journee, je choisis d'accompagner la sympatique famille dans sa visite commemorative. Il pleut, nous n'avons pas le droit d'emporter des sacs a l'interieur, et meme si le passage (car il est difficile d'appeler la minute de marche cadencee a l'interieur une visite) est gratuit, il faut payer pour laisser son sac en caution. Je me remets entierement a mes nouvelles connaissances, et laisse mon sac a dos a l'oncle pekinois de la famille, qui connait deja bien les lieux et ne souhaite pas se recueillir une fois de plus devant la tombe du grand homme.

Heureuse surprise ! Les masses hysteriques (j'exagere un peu, quand meme) sont autorisees a penetrer des 7h10 ! Et les centaines de metres de queue passent alors tres vite. On est autorises a acheter des fleurs juste avant de rentrer dans l'enceinte sacree, ce que ne manquent pas de faire bon nombre de pelerins. Deux pieces agrementent l'interieur du vaste edifice. La premiere contient une statue de Mao en marbre ou autre materiau precieux tronant assis, a echelle reelle conformement a l'image du heros du peuple, c'est a dire environ trois metres de haut (assis).

Le passage (toujours aussi rapide) dans la deuxieme salle provoque des cris etouffes chez les adorateurs. Nous voila en presence de la VRAIE depouille de Mao Zedong ! La jeune chinoise qui m'accompagne est beacoup moins impressionnee que ses parents, et cela semble etre une generalite chez la jeune generation; elle se permet presque de plaisanter avec moi sur la solennite du lieu. En rang par deux et presses par les gardes de ceans, nous n'aurons qu'une petite vingtaine de secondes en presence de l'homme le plus sacralise du vingtieme siecle. Apres tant d'emotions, c'est presque dommage d'arriver, commerce oblige, dans la traditionnelle boutique de souvenirs... Mais en tous cas un excellent moment passe, et ceci dit (pour une fois) sans la moindre pointe d'ironie !

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 10:16

Dans la plus grande librairie de Pekin, sur Wangfujing, la 5eme avenue pekinoise. Ces trois livres sont sur le presentoir en plein milieu de l'entree. Je pense que ca se passe de commentaires... J'ai quand meme investi dans le troisieme, plus utile pour moi que les deux autres !

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Image Hosted by ImageShack.us
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 03:34

Cet article fait partie de la serie sur le grand voyage en Chine a l'ete 2006, au Shanxi, Tibet, Sichuan, a Hong-Kong, Nankin, et dans le Henan. Voici la page principale.



Me voila rentre sain et sauf a Pekin ! Rien d extraordinaire a ca, certes. Voici les derniers episodes de l'excursion dans le Shanxi.

 

Tout d'abord dans les rues de Datong, quelques photos et videos

pub dans Datong, assez bruyante

un temple dans Datong, calme mais on entend la musique de la pub de la video precedente a un volume interdisant toute quietude...

Image Hosted by ImageShack.us

Monument aux heros du peuple, tournes vers l avenir, encore dans Datong

Image Hosted by ImageShack.us

Apres avoir quitte hier le cafe internet de Datong, ayant ecume les temples de la ville, il ne me restait qu'a attendre le train de 23h30, soit tout de meme 4 ou 5 heures a tuer。 Et c'est la qu'on est content d'etre en Chine, car apres quelques minutes de marche, un couple de chinois m aborde dans la rue, en anglais naturellement. La dame, d'une trentaine d'annes sans doute, parle tres bien anglais quoiqu'un peu lentement. Sa prononciation est excellente, mais elle semble ne pas vraiment comprendre quand je parle. C'est vrai que ma prononciation laisse a revoir et j'en profite donc pour la complimenter pour son anglais. J'apprends ainsi qu'apres une formation dans le domaine pharmaceutique, elle a ouvert une ecole d'anglais dans la ville. Ce type de services est en plein developpement en Chine, et ses deux cents eleves sont de tous ages, des tout jeunes enfants comme des adultes. N'ayant rien a faire pour la soiree, j'accepte avec plaisir leur invitation au restaurant ! Tout seul, je ne serai sans doute pas alle dans ce fast food chinois. Heureusement, rien a voir avec la nourriture des fast food americains, ici on mange chinois, pas vraiment plus vite qu'ailleurs, en fait seule l'ambiance est similaire : bruyant, interieur moderne, tabourets pour personnes seules ou tables de 4, bref, comme au Mc Do ! Ceci dit, le repas etait excellent, et assez amusant car elle tenait absolument a ne parler qu'anglais, alors que son mari n'y comprenait pas un traitre mot... il fallait donc qu'on lui traduise, ou plus souvent resume la conversation toutes les 2 ou 3 minutes pour ne pas qu'il s'ennuie trop!

Ces chinois etaient d'un milieu completement different de ceux que j avais rencontres la veille. Grands voyageurs (en Chine, bien sur), assez aises (possedent leur habitation de 200m2, qui comprend aussi deux salles de classe, et bien plus habitues a parler avec les etrangers. En fait, surtout la femme, qui me dit d'ailleurs connaitre tous les etrangers (comprendre blancs) de la ville. Comme Datong fait 3 millions d'habitants, je me dit que ca fait surement beaucoup, et elle me dit dix... j attends la suite, mais ce n est ni 10 mille ni 10 millions, juste 10. Sans doute un peu exagere, mais c est vrai qu en ayant marche facilement trois ou 4 heures dans les rues de la ville, a part des touristes dans un temple je n'ai pas croise un seul blanc !

Bref, apres une troisieme nuit consecutive dans le train, c est avec un grand soulagement que je suis alle me poser a l auberge de jeunesse de Pekin, pour deux nuits avec un vrai lit avant de prendre le train pour le Tibet, le 24 au soir.

Tian an men sous controle. La police verrouille le site tous les soirs a partir de 22h. Elle leve le drapeau tous les matins en grande ceremonie au lever du soleil, c'est a dire a 5h03 demain matin, et le baisse tous les soirs, devant les milliers de touristes, a une heure plus raisonnable, 19h37 ce soir. Les horaires de ces ceremonies sont bien sur dans le quotidien local

Image Hosted by ImageShack.us

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2006 5 21 /07 /juillet /2006 10:58

Cet article fait partie de la serie sur le grand voyage en Chine a l'ete 2006, au Shanxi, Tibet, Sichuan, a Hong-Kong, Nankin, et dans le Henan. Voici la page principale.



Visite express de la region du Shanxi, en seulement deux jours. C'est sur, j ai rate plein de choses, mais je n'ai pas chome non plus !

Arrive vers 11h par le train de nuit Pekin Pingyao, qui finalement etait une couchette et pas un assis dur, ma premiere preoccupation, qui est celle de tout voyageur n ayant rien prevu a l avance, est d acheter les prochains billets de train. En fait, prendre le train en Chine est une activite assez particuliere. Impossible d acheter des billets plus de 5 ou 10 jours a l avance, et surtout impossible d acheter des billets au depart d une autre gare que celle ou on est. Ce qui veut dire, par exemple, que quand des touristes passent par une agence de voyage pour planifier un voyage longtemps a l avance, l agence ne peut quand meme acheter des billets qu au dernier moment.

dans le train, en couchettes dures Image Hosted by ImageShack.us

Deux suedois sont egalement a Pingyao ce matin, et apprennent avec lassitude (surtout la fille) qu il ne reste que des billets de nuit sans place. Standing tickets. Ils vont a Xi'an, mais pour ceux qui rentrent a Pekin, ou qui vont a Datong {comme moi), c est pareil. On peut arriver en bonne sante a Pingyao, mais pas en repartir ! C est sur que c est  economique, 34 yuan pour 10 h de train, ca peut aller. J en prends un au cas ou pour le soir meme, esperant mieux plus tard.

toujours dans le train, mais en video

Mais a peine sorti de la gare, les representants des hotels locaux se ruent sur nous pour nous proposer leurs services d hebergement, de massage, et d intermediaire pour les billets de train ! L'explication de l absence de billets est simple. On alimente le commerce local des intermediaires, laissant vingt yuan de commission au passage dans chaque billet.

Enfin bref, Pingyao est classe au patrimoine mondial de l unesco, ce qui est cense justifier l absence de demolition, mais apparemment aussi l absence de renovation dans toute la ville. En fait, seul le centre a l interieur des murailles est classe. L exterieur, les abords de la gare et tout l ensemble, est completement typique de la Chine industrielle non touristique. Ne presente donc pas vraiment d interet pour un touriste seul, sauf s il s agit d y aller avec des chinois.

Pingyao

Image Hosted by ImageShack.us

Pingyao hors des murailles

Image Hosted by ImageShack.us

Et c est justement ce qui m arrive, assis au "restaurant" dans la rue, pour 12 yuan et devant en jeter plus de la moitie (je n avais pourtant rien mange depuis la veille), des etudiants m abordent et proposent de venir avec eux dans leur ville natale, a une trentaine de kilometres de la. Une telle occasion ne se refuse pas ! Tant pis pour Pingyao, je n aurai fait que me promener dans les rues une heure ou deux, mais je prefere aller a la campagne avec les locaux.

Apres une demi heure de marche au bord de la route pour rejoindre la gare routiere, la dizaine d etudiants negocie aprement le prix du retour en bus (pourtant officiel), faisant jouer la concurrence avec les divers chauffeurs prives. Beau spectacle, puisque chacun commence a discuter avec les chauffeurs, on change deux ou trois fois d avis, les encheres baissent et on s en sort pour 5 yuan chacun. Je pars avec deux d entre eux directement chez eux, dans un "quartier" completement delabre, et je m attends a arriver dans un taudis sympathique plus ou moins au milieu des gravats. Eh bien non !

Au milieu des maisons en ruine (qui ne sont en fait que des depots de materiel usage, mais ca en fait quand meme beaucoup !), et surtout des regards ahuris des habitants qui doivent voir un blanc dans cette rue pour la premiere fois, nous arrivons vers une maison a l aspect traditionnel des habitations individuelles modernes. Une cour centrale, avec 4 batiments autour, aux quatres points cardinaux. Traditionnellement, les gens vivent dans l edifice nord, et la cuisine, salle de bains, et autres depots sont repartis sans regle dans les autres. Un chien de taille moyenne mais passablement excite aboie a nous percer les tympans, il pourrait faire un bon gardien mais apparemment il passe ses journees attache dans le "jardin-cour" central. Il n aura donc pas mes mollets, mais je sens qu il en a bien envie !

La partie d habitation est completement moderne, un ensemble home-cinema avec des enceintes aussi grandes que moi trone au milieu du salon, la chambre des parents est a gauche, et celle des deux enfants a droite. Ils ont un ordinateur, un acces internet, tout va bien ! Si la salle de bains et la cuisine sont plus rustiques, par contre, les toilettes sont franchement d un autre age ! Un trou dans le beton, sous un porche dans un coin de la cour, et c est tout, les mouches en plus ! Que de contrastes...

Ils vivent a 30 km de pingyao, mais c etait aujourd'hui la premiere fois que les enfants (18 et 20 ans tout de meme) s y rendaient ! Et elles ne sont jamais sorties de la province (certes assez grande, mais quand meme). C etait l occasion revee de parler avec des etrangers (et d exercer leur anglais, les livres n aidant pas beaucoup a la prononciation), et pour moi une excellente occasion de mieux decouvrir la vie des gens d ici.

Je leur propose de les inviter au restaurant le soir avant de reprendre le train, et apres maints refus, elles finissent par accepter. Mais c est surtout pour avoir l occasion pour elles d essayer pour la premiere fois le fast food de la ville (祁县), symbole de l amerique, de l occident, des green card dont les gens revent, et de la modernite. Ici, aller au fast food coute deux ou trois fois plus cher que de bien manger dans un vrai restaurant dans la ville. Et symetriquement, c est deux ou trois fois moins bon. Et je n etais pas le seul a le penser ! Hamburger a moitie vide, frites toutes dures... pas terrible ! Mais c etait une experience a faire (plutot pour elles que pour moi...).

J emporte les pop corn inclus dans le menu, pensant les offrir a un gamin dans le train, mais a cause de l odeur je craque, et jette le paquet entier dans la gare avant de monter dans le train.

Et la, une fois installe sur ma couchette, que du bonheur ! Confortable, pas trop de bruit, et meme si je dois me lever a 5h c est de loin ma meilleure nuit depuis que je suis la. Apres une nuit dans l avion, une dans un dortoir sur une planche de bois et attaque toute la nuit par les moustiques, et une nuit dans une vieux train dans le canicule, je profite enfin vraiment de l economie du voyage de nuit. Oui, pas d hotel a payer ! Mais avec encore une troisieme nuit ce soir dans le train, je commence a etre vraiment sale, et il va etre temps de songer a trouver une vraie chambre avec une douche... Enfin, mes voisins ne se plaignent pas encore de l odeur.

Arrive donc le matin du 21 juillet a Datong, je sympathise avec deux italiens, qui vont passer avec moi une partie de la journee. Le guichet pour acheter les billets suivants n ouvre que deux heures apres notre arrivee (6h), mais sitot sortis de la gare, les voyagistes au noir se precipitent pour nous proposer leurs services. Les deux majeures attractions autour de la ville sont les caves de Yungang 云冈石窟 et le monastere suspendu 悬空寺, a deux 75 km de la. C est plus pratique a trois de prendre un taxi pour la journee. Les negociations sont peu evidentes, puisqu il faut regulierement discuter entre nous en anglais avant de revenir en chinois vers le "dealer". Et comme a chaque passage de la police sur la grande place, il doit aller se cacher un peu plus loin, on ne gagne pas vraiment de temps. On arrive quand meme a nos fins, 80 yuan chacun pour le circuit complet d environ 5 ou 6 heures. Peu de risques de se faire avoir : le taxi est un taxi officiel, qui risque gros si on se plaint; le type doit nous acheter dans la matinee nos billets de train et de bus pour continuer le voyage (commission de 20 yuan au passage...) et doit donc attendre qu'on rentre en bonne sante sinon il a achete des billets pour rien. Et ce ne sont pas les 50 kilos du chauffeur qui nous font vraiment peur... Comme prevu, tout se passe tres bien, le monastere suspendu est un site fabuleux, construit dans et sur la roche au milieu d une falaise, et les grottes de Yungang presentent une incroyable collection de bouddhas d une quinzaine de metres de haut, eriges il y a 1500 ans. Bref, excellente journee, que je conclus dans Datong meme, naviguant entre les divers temples de la cite.

Monastere suspendu

Image Hosted by ImageShack.us 

 

 Encore le hanging monastery

Image Hosted by ImageShack.us

 bouddha a Yungang

Image Hosted by ImageShack.us

 un autre bouddha a Yungang

Image Hosted by ImageShack.us

 apercu du site, patrimoine mondial de l'UNESCO (30 sites en Chine !)

Au passage, une anecdote amusante, celle de la chinoise qui "voulait" essayer le chameau a l entree des grottes mais avait trop peur. Le maitre de la bete monte donc d abord dessus, et l invite a la rejoindre, bien coincee entre lui et la bosse avant. Une fois montee, elle craque, et se met a hurler et a pleurer sur la pauvre bete, qui n a pourtant avance que d environ trois metres a un rythme de tortue... une photo bientot ! Mais ne soyons quand meme pas trop cruels... Malgre le nombre impressionnant de touristes chinois, beaucoup n'ont qu'une experience tres limitee de tout ce qui est un peu exotique.

la voici en photo... c'est mal de se moquer, mais bon, on n'etait pas les seuls morts de rire !

Image Hosted by ImageShack.us

Ce soir donc, retour a Pekin, un peu de repos avant le depart au Tibet du 24. Peut etre l occasion d aller essayer les brochettes exotiques de la ruelle des snacks de Wangfujing 王府井小吃街. Scorpions (vivants et gesticulant encore une minute avant de passer sur le gril), hippocampes, etoiles de mer, vers a soie ou cigales, chacun peut y trouver son bonheur !

Image Hosted by ImageShack.us
Partager cet article
Repost0